Get Adobe Flash player

UN BREF APERÇU

La Caritas Rwanda a été créée en 1960. Contenu par les Évêques Catholiques du Rwanda. Elle a été officiellement reconnue comme une organisation sans but lucratif par l’arrêté ministériel n° 499/08 en 1962, et est devenue une Organisation non gouvernementale conformément à la loi no 06/2012 du 17/02/2012 déterminant la gestion et la gouvernance des institutions basées sur les religions au Rwanda. Depuis 1965, Caritas Rwanda a été intégrée dans une organisation étendue, Caritas Internationalis, qui est une confédération internationale de toutes les Caritas du monde.  Actuellement, la Caritas Rwanda œuvre dans tout le pays à travers les Caritas diocésaines, Caritas paroissiales, Caritas des Centrales et les Caritas des Communautés Ecclésiales de Base.

Mission de la Caritas Rwanda

La Caritas Rwanda vise à créer une communauté de personnes qui respectent la dignité humaine dans laquelle chaque être humain a été créé, la dignité privée par la discrimination, l'extrême pauvreté, les maladies et l'injustice. La Caritas aide les personnes vulnérables à travers ses œuvres socio-caritatives, les initiatives dans les domaines de santé et de développement. Toutes ces activités sont basées sur la charité.

Valeurs de la Caritas Rwanda  

Dignité des êtres humains;

Solidarité

Service

Subsidiarité et partenariat

Compassion

Espérance

Egalité

Intendance

Objectifs-clés de la Caritas Rwanda

Fournir un soin particulier aux personnes vulnérables sans distinction aucune;

Construire un être humain bien complet ;

Soutenir les contributions des bénéficiaires ;

Promouvoir le partenariat;

Assurer un bon service;

Développer les activités durables.

A BRIEF OVERVIEW

Rwanda was established in 1960 by Catholic Bishops of Rwanda. It was officially recognized as a non-profit organization by the ministerial order nr 499/08 in 1962, and became a non-governmental organization according to the law no 06/2012 of 17/02/2012 governing the management and governance of religion-based institutions in Rwanda. Since 1965, Caritas Rwanda was integrated in an extended Caritas Organization known as, Caritas Internationalis, which is an international confederation of all Caritas organizations in the world. At the moment Caritas Rwanda is operating countrywide through Diocesan Caritas, Parish Caritas, sub-parish and Small Christian Communities’ Caritas.

Caritas Rwanda’s Vision and Mission

The Vision of Caritas Rwanda is to achieve a society that provides human dignity in which every human being was created; the dignity deprived by discrimination, extreme poverty, sickness and injustice. Caritas assist the vulnerable through its socio-welfare activities, health and development initiatives. All these activities are based on Charity.

Caritas Rwanda’s values:  

Human Dignity

Solidarity

Service

Subsidiarity and partnership

Compassion

Hope

Equity

Stewardship

Caritas Rwanda Key objectives

To provide a particular  care to the vulnerable without any discrimination;

To achieve an integral human being ;

To support beneficiaries ‘contribution ;

To promote partnership;

To ensure quality service;

To promote sustainable activities.

 

 

Partenaires

Video

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 1

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 2

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 3

 

Projet Ejo Heza : des transformations qui fondent l’espoir des lendemains meilleurs

Mubuga 1Il fut un temps où le terme ″Caritas″ évoquait exclusivement l’assistance ponctuelle aux vulnérables, généralement les affamés, les sans-abris, les mal vêtus et les sinistrés. Si bien que le terme fut un temps donné aux vauriens, en particulier aux enfants de la rue.


De nos jours, avec l’implication effective dans le développement communautaire, le concept ″Caritas″, sans pour autant jeter dans l’ombre sa signification intrinsèque, est en train de revêtir une autre image dans le milieu rwandais. Nous sommes en fait à une époque où la Caritas au Rwanda contribue un tant soit peu à la concrétisation de cette parole du Divin Maître au paralytique : « Lève-toi, prends ton grabat et marche » (Jn 5, 8). Car, des paralytiques, il n’y a pas que des physiques, mais plein de ceux qui ignorent leurs capacités et leurs potentialités. « Si tu me donnes un poisson, je mourrais de faim ; si tu m’apprends à pêcher je n’aurai plus faim », a dit le célèbre penseur chinois, Confucius.
C’est l’option qu’a prise la Caritas Rwanda et qui est en train de lui conférer une certaine notoriété auprès de divers partenaires, tant nationaux qu’internationaux, notamment l’organisme américain, USAID, avec lequel elle jouit d’un partenariat direct dans la réalisation du projet USAID/Gimbuka et d’un partenariat indirect dans la réalisation du programme USAID/Ejo Heza. Celui-ci, est exécuté en partenariat avec l’organisme ″Global Communities″ (ex CHF International) dans 8 districts du Rwanda, dont 3, notamment Karongi, Rutsiro et Ngororero de la province de l’Ouest où il est mis en œuvre par la Caritas Rwanda, les autres districts situés dans la province du Sud revenant à d’autres ONG locales.

 
Formation en transformation des vivres à Mubuga
Le projet Ejo Heza vise à améliorer les conditions de vie des familles pauvres par l’accroissement de la demande des Transformation de papate douce en beignetsservices financiers, l’accroissement de l'offre des services financiers en milieu rural rwandais, la contribution au changement des comportements et au marketing social, et l’amélioration des conditions de santé et de nutrition de la population. Pour la réalisation de ces objectifs, le projet Ejo Heza de Caritas Rwanda agit par le truchement de 12 coopératives des trois districts de la zone du projet.
Transformation des fruits et légumes en jusC’est dans ce cadre que, le 7 août dernier, nous  avons pu nous assister à une formation en transformation des vivres à Mubuga dans le district de Karongi où étaient regroupés 36 volontaires pour le changement appelés ″Be the Change Volunteers″ (BCV) représentant diverses groupes et/ ou associations d’épargne et de crédit basés surLes bénéfiiciaires dégustant le lait de soja et les beignets de patates par eux-mêmes transformés la promotion de la nutrition. La formation consistait à transformer artisanalement certains produits alimentaires locaux à l’état brut en produits finis par de simples méthodes et moyens. A nos yeux, les patates douces ont été transformés en beignets délicieux, les légumes et fruits (carottes, betteraves, maracujas et ananas) en jus et les grains de soja en lait.

 
Quelques success stories
Nous avons par la même occasion abordé certains parmi les bénéficiaires du projet présents à cette formation, notamment un certain Mbonabucya Gaspard, 33 ans, de la cellule de Marangara dans le  secteur de Mubuga, membre de l’association ″Abadahemuka″, et Mme Nyinawindinda Marie, 59 ans, de la cellule de Kagabire du même secteur, membre de l’association ″Dufashanye″. Tous les deux nous ont témoigné leur profonde reconnaissance au projet Ejo Heza qui les a soutirés de la misère criante pour les propulser dans une vie pleine d’espoir pour les lendemains meilleurs.


Mbonabucya Gaspard est marié et père de 2 enfants. Avant d’adhérer à l’association, je vivais très mal, nous a-t-il dit. J’étais cultivateur, mais ma production ne me servait à rien car elle était insuffisante. Mais, après avoir adhéré àMubuga 2 l’association, j’ai demandé un crédit de 30 000 frw qui m’ont permis d’apprendre le code de la route. Ensuite, j’ai participé à un examen et j’ai obtenu un permis de conduire provisoire. Mon association s’est félicitée de cette réussite et m’a octroyé un autre crédit de 60 000 frw auquel j’ai ajouté une autre somme de 20 000 frw pour aller apprendre à conduire une moto. Après la formation, j’ai réussi l’examen et mon association m’a octroyé une aide non remboursable de 50 000 frw pour avoir le permis de conduire. Dans la suite, l’association m’a témoigné une autre confiance en m’octroyant un crédit de 100 000 frw que j’ai versé sur mon compte à la Banque Populaire. Celle-ci m’a de son côté octroyé un crédit de 700 000 frw que j’ai utilisé pour acquérir une moto d’occasion en juillet 2013. Aujourd’hui j’ai remboursé tout le crédit et ma moto m’assure des revenus qui me font améliorer mes conditions de vie familiale et me permettent de payer le salaire des ouvriers qui travaillent mes champs.
Mubuga 3Nyinawindinda Marie est mariée et mère de 8 enfants. Avant d’adhérer à son association, elle n’avait aucune idée sur l’importance de l’épargne. Les maigres ressources qu’elle obtenait étaient dilapidées. Avec l’association, les membres se sont convenus d’épargner 1000 frw par mois en deux tranches. Dès que la somme épargnée a atteint 320 000 frw, les membres l’ont partagé entre eux et, avec sa part, Mme Nyinawindinda a acquis une vache à garder pour lui procurer une génisse. Celle-ci est aujourd’hui motif de grande joie et d’un espoir du lendemain meilleur pour sa famille.
Par ailleurs, grâce à l’association, Mme Nyinawindinda a appris l’importance de cultiver les légumes qu’elle vend principalement au marché du camp des réfugiés congolais de Kiziba et le produit de son petit commerce sert à payer les frais de scolarité de ses enfants. Depuis que j’ai adhéré à notre association, nous a-t-elle dit, nous n’avons plus vendu de parcelle pour avoir le minerval de nos enfants et je n’ai plus demandé à mon mari de l’argent pour acheter du sel et du savon. Grâce aux légumes que je cultive, je ne souffre plus de maux d’estomac et nous payons la mutuelle de santé sans problème. Le seul problème que nous avons est celui de ne pas avoir les moyens d’arrosage nous permettant de produire les légumes pendant la période sèche, a-t-elle indiqué.
                        Aloys MUNDERE

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Sur Twitter

Sur Facebook