Get Adobe Flash player

UN BREF APERÇU

La Caritas Rwanda a été créée en 1960. Contenu par les Évêques Catholiques du Rwanda. Elle a été officiellement reconnue comme une organisation sans but lucratif par l’arrêté ministériel n° 499/08 en 1962, et est devenue une Organisation non gouvernementale conformément à la loi no 06/2012 du 17/02/2012 déterminant la gestion et la gouvernance des institutions basées sur les religions au Rwanda. Depuis 1965, Caritas Rwanda a été intégrée dans une organisation étendue, Caritas Internationalis, qui est une confédération internationale de toutes les Caritas du monde.  Actuellement, la Caritas Rwanda œuvre dans tout le pays à travers les Caritas diocésaines, Caritas paroissiales, Caritas des Centrales et les Caritas des Communautés Ecclésiales de Base.

Mission de la Caritas Rwanda

La Caritas Rwanda vise à créer une communauté de personnes qui respectent la dignité humaine dans laquelle chaque être humain a été créé, la dignité privée par la discrimination, l'extrême pauvreté, les maladies et l'injustice. La Caritas aide les personnes vulnérables à travers ses œuvres socio-caritatives, les initiatives dans les domaines de santé et de développement. Toutes ces activités sont basées sur la charité.

Valeurs de la Caritas Rwanda  

Dignité des êtres humains;

Solidarité

Service

Subsidiarité et partenariat

Compassion

Espérance

Egalité

Intendance

Objectifs-clés de la Caritas Rwanda

Fournir un soin particulier aux personnes vulnérables sans distinction aucune;

Construire un être humain bien complet ;

Soutenir les contributions des bénéficiaires ;

Promouvoir le partenariat;

Assurer un bon service;

Développer les activités durables.

A BRIEF OVERVIEW

Rwanda was established in 1960 by Catholic Bishops of Rwanda. It was officially recognized as a non-profit organization by the ministerial order nr 499/08 in 1962, and became a non-governmental organization according to the law no 06/2012 of 17/02/2012 governing the management and governance of religion-based institutions in Rwanda. Since 1965, Caritas Rwanda was integrated in an extended Caritas Organization known as, Caritas Internationalis, which is an international confederation of all Caritas organizations in the world. At the moment Caritas Rwanda is operating countrywide through Diocesan Caritas, Parish Caritas, sub-parish and Small Christian Communities’ Caritas.

Caritas Rwanda’s Vision and Mission

The Vision of Caritas Rwanda is to achieve a society that provides human dignity in which every human being was created; the dignity deprived by discrimination, extreme poverty, sickness and injustice. Caritas assist the vulnerable through its socio-welfare activities, health and development initiatives. All these activities are based on Charity.

Caritas Rwanda’s values:  

Human Dignity

Solidarity

Service

Subsidiarity and partnership

Compassion

Hope

Equity

Stewardship

Caritas Rwanda Key objectives

To provide a particular  care to the vulnerable without any discrimination;

To achieve an integral human being ;

To support beneficiaries ‘contribution ;

To promote partnership;

To ensure quality service;

To promote sustainable activities.

 

 

Partenaires

Video

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 1

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 2

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 3

 

Visite de Rachel Felgines de CI à Mahama: les vulnérables inquiets face à l’éventualité d’un désengagement à la fin du projet actuel

IMG 2225bLe 30 avril 2017, le projet EA 11/2016 d’une année d’assistance de la Caritas Rwanda aux réfugiés burundais prendra fin. Une grande inquiétude s’est aujourd’hui emparée des vulnérables qui en bénéficient, en particulier les malades chroniques, les handicapés physiques et les personnes âgées. Ces inquiétudes sont d’autant plus pertinentes que les réfugiés, tout en nourrissant le voeu de rentrer chez eux au Burundi, ne voient pas comment cela se ferait tant que, selon eux, les conditions du retour, notamment la paix intérieure, ne sont pas encore réunies.

Comment allons-nous survivre?

Mme Rachel Felgines de Caritas Internationalis (CI) l’a elle-même dernièrement constaté, lors de sa récente visite au camp de Mahama, le 26 janvier 2017. Elle a pu s’entretenir avec un groupe de représentants des différentes catégories de vulnérables assistés par la Caritas Rwanda. Tous ses interlocuteurs lui ont exprimé leur satisfaction quant à l’action menée par la Caritas en leur faveur, tout en exprimant les conséquences que pourrait leur faire subir la cessation de cette assistance le cas échéant.

IMG 2288bLa catégorie des malades chroniques, notamment les personnes vivant avec le VIH, les diabétiques, bénéficient d’une assistance en vivres frais (fruits, légumes verts, pommes de terre, viande…) que la ration commune des réfugiés distribuée dans le camp ne fournit pas. “Si la Caritas devait cesser de nous assister, notre santé va sans aucun doute se dégrader et ce sera notre condamnation à mort”, a notamment affirmé une vulnerable malade chronique.

Pour les personnes âgées, avec l’EA 11/2016, la Caritas avait déjà réduit la ration mensuelle de farine enrichie dite SOSOMA (Soja, Sorgho, Maïs) de 6 à 3 kg par rapport au projet précédent afin de conserver un budget réaliste , et elles considèrent que cette aide leur est indispensable. “Les réfugiés valides trouvent parfois du travail dans le camp et d’autres réussissent parfois à trouver du travail dans les villages des environs, mais nous, compte tenu de notre age, nous ne pouvons rien faire. Chez nous au Burundi, on dit que l’on n’avance pas en reculant. Si la Caritas devait cesser son assistance, ce ne sera pas avancer mais reculer”, a affirmé l’un d’entre eux. Ces personnes âgées veulent par ailleurs que la Caritas les assiste en habits adéquats et décents et assure elle-même la bonne distribution, car ceux qui leur sont fournis dans le camp ne sont ni conformes à leur âge et ni à leur état physique. Une demande à laquelle Caritas Rwanda réfléchit dìores et deja et pour laquelle elle devrait trouver un moyen de répondre très prochainement.

La même complainte a été exprimée par les handicapés physiques qui, comme les personnes âgées, ne peuvent pas travailler et sont condamnés à etre assistés. “La Caritas nous aide beaucoup et nous la remercions. Mais si vous nous abandonnez que deviendrons-nous?”, ont notamment laissé entendre les vulnérables de cette catégorie.

La Caritas défend la dignité humaine

“Nous souhaitons aussi avancer et non reculer”, a indiqué Mme Rachel Felgines, car le but de la Caritas est que les catégories les plus vulnérables puissent bénéficier des conditions de vie meilleures. Si l’on réduit les rations, c’est à cause de contraintes budgétaires. Mais nous continuons et continuerons bien entendu à faire ce qui nous est possible pour pouvoir poursuivre notre assistance” a-t-elle dit à ses interlocuteurs. 

IMG 2296bbA cette occasion, Mme Rachel Felgines a par ailleurs entendu les progrès réalisés par les femmes seules et les jeunes filles chefs de ménages dans le cadre des activités de promotion du système communautaire d’épargne et de crédit interne également soutenu par le projet EA 11/2016. Certaines parmi les bénéficiaires sont parvenues à lancer de petits commerces. Mais il s’avère que ces activités devraient être renforcées par la formation et davantage d’encadrement. Et c’est bien la reflexion qui en cours aujourd’hui au sein de Caritas Rwanda : si un nouveau projet peut etre mis en place, il continuera a assister les plus vulnérables en nourriture, mais compte tenu du caractère prolongé de la situation, il focalisera aussi davantage sur les actvités generatrices de revenus afin de rendre les personnes qui le peuvent de plus ne plus autonomes.

Les responsables de la Caritas Rwanda ne cessent quant à eux de remercier les Caritas soeurs qui lui ont, par leurs généreuses contributions, permis d’assister les plus vulnérables parmi les réfugiés. Ceux-ci n’auraient pas pu survivre dans la dignité sans cette intervention.

Au terme de cette visite, Mme Rachel Felgines a accordé au Communicateur de la Caritas Rwanda l’interview suivante:

Vous avez vous-même entendu les inquiétudes des vulnérables de Mahama qui se demandent comment ils deviendront si la Caritas se désengage de leur assistance nutritionnelle. Comment envisagez-vous l'après EA 11/2016 ?

RachelRachel Felgines: Après discussion avec l’équipe nous envisageons de continuer l’aide en nourriture fraîche aux maladies, car c est une question de survie pour eux. L’aide en SOSOMA devrait continuer pour les personnes âgées et les handicapés, au moins dans une certaine mesure. Caritas Rwanda est la seule à apporter une aide à ces 2 catégories de vulnérables. Seule la catégorie des femmes allaitant les enfants de plus de 6 mois devrait cesser, car elles sont assez bien assistées par d’autres. Caritas Rwanda devrait étendre son projet en termes de SILC (Saving and Internal Lending Community) avec le chef d’équipe sur le terrain qui est spécialiste en ce domaine, et en projets générateurs de revenus. Caritas Rwanda a déjà commencé cette année avec les femmes chefs de ménages et cette aide est réclamée par les bénéficiaires pour cheminer vers plus d’autonomie. Ce que nous ne pouvons qu’approuver, d’autant plus que l’on observe le caractère prolongé de cette situation. Les réfugiés burundais n’étant pas encore prêts à rentrer demain au Burundi, notre rôle est aussi de les aider à préparer l’avenir. La réflexion est déjà en cours au sein de Caritas Rwanda et une étude approfondie des besoins viendra étayer toutes ces idées.
La Caritas Rwanda s'est félicitée et remercie encore les Caritas soeurs qui, depuis deux ans, ont contribué à son projet d'assistance aux réfugiés burundais. Que faire pour que ces Caritas soeurs poursuivent leur contribution pour la phase suivante?

IMG 2319b

R F: Compte tenu de l’excellent travail réalisé par Caritas Rwanda et les besoins des plus vulnérables qui perdurent dans le camp, il est clair que la plupart d’entre elles voudront continuer à contribuer. Cependant, comme vous le savez, cela depend aussi en garnde partie des fonds à leur disposition. Il y a tant de crises qui requièrent leur financement. C’est la raison pour laquelle le budget doit rester très réaliste. S’engager davantage sur les groupes SILC (épargne/crédit interne au sein des groupes) et les petits projets générateurs de revenus devraient permettre d’aider beaucoup de familles avec un budget plus limité. Bien entendu, le travail de communication entamé et poursuivi par Caritas Rwanda tout au long du projet demeure capital : continuer de sensibiliser la Confédération grâce à une communication régulière sur la situation et le projet en cours et permettre aux organisations membres d’avoir des outils pour leur communication sur la situation et  pour la levée de fonds potentiels. Il demeure essentiel de continuer à renforcer le partenariat avec les membres qui ont contribué aux projets précédents, en les sensibilisant aussi de manière bilatérale, peut-etre aussi en leur offrant la possibilité de rencontrer Caritas Rwanda à Kigali et de venir voir sur le terrain à Mahama l’excellent travail qui est realisé, comme j’ai eu la chance de pouvoir le faire.  Encore une fois rien n’est aquis et c’est la persévérance dans la création de partenariats solides, à la fois avec les Caritas soeurs présentes au Rwanda, mais aussi celles qui suivent la situation de loin et souhaitent s’impliquer dans la réponse, qui permet d’obtenir des financements conséquents, que ce soit pour cette urgence ou pour celles qui pourraient survenir demain. Par ailleurs, Caritas Rwanda peut compter sur l’appui de Trocaire Rwanda, dans le cadre d’un partenariat qui s’est développé cette année et devrait continuer à se renforcer entre les 2 organisations soeurs avec une communication à favoriser encore davantage.
Que souhaitez-vous de la part de Caritas Rwanda?

RF: Aujourd hui Caritas Rwanda devrait chercher à établir des liens avec le HCR non plus seulement au niveau local, comme c’est le cas aujourd hui, mais bien au niveau national afin de participer à la stratégie de la réponse et pouvoir avoir accès à des financements du HCR, car les fonds de la Confédération sont limités en montants et dans le temps. Après deux ans de travail dans le camp, travail très apprécié par le HCR, il est temps, pour Caritas Rwanda, de passer à une nouvelle étape pour asseoir encore davantage sa légitimité en tant qu’acteur humanitaire au Rwanda. Nul doute que cela fait partie des réflexions en cours au sein de la Direction de Caritas Rwanda. 

                                                Aloys MUNDERE/Communicateur de Caritas Rwanda

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Sur Twitter

Sur Facebook