Get Adobe Flash player

UN BREF APERÇU

La Caritas Rwanda a été créée en 1960. Contenu par les Évêques Catholiques du Rwanda. Elle a été officiellement reconnue comme une organisation sans but lucratif par l’arrêté ministériel n° 499/08 en 1962, et est devenue une Organisation non gouvernementale conformément à la loi no 06/2012 du 17/02/2012 déterminant la gestion et la gouvernance des institutions basées sur les religions au Rwanda. Depuis 1965, Caritas Rwanda a été intégrée dans une organisation étendue, Caritas Internationalis, qui est une confédération internationale de toutes les Caritas du monde.  Actuellement, la Caritas Rwanda œuvre dans tout le pays à travers les Caritas diocésaines, Caritas paroissiales, Caritas des Centrales et les Caritas des Communautés Ecclésiales de Base.

Mission de la Caritas Rwanda

La Caritas Rwanda vise à créer une communauté de personnes qui respectent la dignité humaine dans laquelle chaque être humain a été créé, la dignité privée par la discrimination, l'extrême pauvreté, les maladies et l'injustice. La Caritas aide les personnes vulnérables à travers ses œuvres socio-caritatives, les initiatives dans les domaines de santé et de développement. Toutes ces activités sont basées sur la charité.

Valeurs de la Caritas Rwanda  

Dignité des êtres humains;

Solidarité

Service

Subsidiarité et partenariat

Compassion

Espérance

Egalité

Intendance

Objectifs-clés de la Caritas Rwanda

Fournir un soin particulier aux personnes vulnérables sans distinction aucune;

Construire un être humain bien complet ;

Soutenir les contributions des bénéficiaires ;

Promouvoir le partenariat;

Assurer un bon service;

Développer les activités durables.

A BRIEF OVERVIEW

Rwanda was established in 1960 by Catholic Bishops of Rwanda. It was officially recognized as a non-profit organization by the ministerial order nr 499/08 in 1962, and became a non-governmental organization according to the law no 06/2012 of 17/02/2012 governing the management and governance of religion-based institutions in Rwanda. Since 1965, Caritas Rwanda was integrated in an extended Caritas Organization known as, Caritas Internationalis, which is an international confederation of all Caritas organizations in the world. At the moment Caritas Rwanda is operating countrywide through Diocesan Caritas, Parish Caritas, sub-parish and Small Christian Communities’ Caritas.

Caritas Rwanda’s Vision and Mission

The Vision of Caritas Rwanda is to achieve a society that provides human dignity in which every human being was created; the dignity deprived by discrimination, extreme poverty, sickness and injustice. Caritas assist the vulnerable through its socio-welfare activities, health and development initiatives. All these activities are based on Charity.

Caritas Rwanda’s values:  

Human Dignity

Solidarity

Service

Subsidiarity and partnership

Compassion

Hope

Equity

Stewardship

Caritas Rwanda Key objectives

To provide a particular  care to the vulnerable without any discrimination;

To achieve an integral human being ;

To support beneficiaries ‘contribution ;

To promote partnership;

To ensure quality service;

To promote sustainable activities.

 

 

Partenaires

Video

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 1

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 2

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 3

 

Atelier de sensibilisation des responsables religieux sur la planification familiale naturelle

Photo souvenirCe mercredi 30 novembre 2016, la Caritas Rwanda a organisé au Centre de Pastorale Saint Paul de Kigali un atelier de sensibilisation des responsables religieux de l’archidiocèse de Kigali sur la planification familiale naturelle (PFN). A cet atelier ont participé le Secrétaire Général de la Caritas Rwanda, l’Abbé Jean Marie Vianney Twagirayezu; l’Abbé Casimir Uwumukiza, Secrétaire de la Commission Episcopale pour la Famille, l’Abbé Donatien Twizeyumuremyi, Directeur de la Caritas Diocésaine de Kigali; Dr Prince Bosco Kanani, Chef du Département Santé de Caritas Rwanda et Coordinateur National Médical de l’Eglise Catholique au Rwanda; les curés des paroisses de l’archiodiocèse de Kigali ou leurs représentants. A cet atelier ont également participé les partenaires de la Caritas Rwanda en matière de planification familial, notamment le ministère de la Santé représenté par Dr Anicet Nzabonimpa; l’Institut de Santé Reproductive de l’Université Georgetown (IRH) représenté par Mme Marie Mukabatsinda et le Service National de l’Action Familiale représenté par Mlle Odette Umulisa.

Dans son mot d’ouverture de l’atelier, l’Abbé Secrétaire Général de la Caritas Rwanda s’est félicité de cette approche de susciter la collaboration des responsables religieux dans la promotion de la planification familial naturelle, car, comme il a souligné, la famille doit être la base et la source d’une vie saine, sur le plan corporel et spirituel.

 

Abbé JMVLe Secrétaire Général a rappelé l’importance que les Evêques de l’Eglise Catholique au Rwanda attachent à la planification familiale naturelle au point d’avoir publié, le 11 février 2010, une instruction aux prêtres, aux personnes consacrées et aux fidèles laics sur les méthodes naturelles de planification familiale. Par cette même instruction, les Evêques catholiques ont indiqué que ces méthodes sont non seulement un moyen sain et efficace de planification familiale, mais aussi une preuve de respect de la nature de l’homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. “Toutes les formations sanitaires catholiques doivent respecter l’enseignement de l’Eglise qui prone le droit inaliénable de la paternité et maternité responsables. La liberté et l’intimité de la famille doivent être protégées à tout prix, ont instruit les évêques. Toutes les formations sanitaires catholiques doivent intégrer la planifiction familiale naturelle dans leurs activités prioritaires et prendre des mesures appropriées pour mettre en place un service spécifique et opérationnel ad hoc identifiable par un écriteau bien visible à la porte” ont souligné les évêques. Par ces mêmes instructions, les Evêques Catholiques du Rwanda recommandent également à la Caritas et au Service d’Action Familiale de renforcer leur collaboration à tous les niveaux pour la mise en oeuvre effective du PFN.

 

Dr Anicet“Concevoir un enfant ne devrait en aucun cas être un fait du hasard ou être fruit d’un acte irréfléchi”, a pour sa part déclaré le Dr Anicet Nzabonimpa qui représentait le ministère de la Santé à cet atelier. Celui-ci a, à cette occasion, passé en revue les données de la planification familiale telles qu’elles se présentent au Rwanda. De 2005 à 2014, les chiffres montrent que les femmes mariées agées de 16 à 49 ans utilisant les méthodes de planification familiale sont passes de 17 % à 53 %. Pour la seule année 2014, les femmes mariées agées de 16 à 49 ans utilisant les méthodes contraceptives étaient de 48 % tandis que celles qui utilisaient les méthodes naturelles n’étaient que 5 %. D’où ce défi que doit relever le programme de Planification Familiale Naturelle de Caritas Rwanda qui prévoit une augmentation de l’adhésion aux méthodes de planification familiale naturelle dans son plan stratégique en matière de santé pour la période 2015-2019.

 

Dr Bosco2Comme l’a indiqué le Dr Prince Bosco Kanani, l’Eglise Catholique au Rwanda attache une grande importance particulière à la promotion du Programme de la Planification Familiale Naturelle à travers sont Service d’Action Familiale et la Caritas ( FOSA/Communauté), a souligné le Dr Prince Bosco Kanani. Celui a par ailleurs passé en revue les projets mis en place par la Caritas Rwanda en partenariat avec l’Institut pour la Santé Reproductive/ Institute for Reproductive Health (IRH) de l’Université Georgetown aux USA. Il s’agit notamment du Projet A3 qui s’est étendu de février 2014 à septembre 2015 et du Projet Umuryango Uboneye lancé en juin 2016.

 

Le Projet A3, qui a oeuvré dans 40 centres de santé des diocèses de Gikongoro, Butare, Nyundo/ zone Kibuye, Kabgayi et Ruhengeri, a formé 40 infirmiers prestataires de PFN auprès de ces centres de santé et 200 volontaires communautaires à raison de 5 volontaires par centre de santé tandis que le projet Umuryango Uboneye oeuvre auprès de 15 centres de santé de l’archidiocèse de Kigali. Celui-ci a formé les prestataires de PFN et 5 volontaires communautaires auprès de chacun des 15 centres de santé. D’ores et déjà, les résultats des deux projets prouvent que la planification familiale naturelle pourrait susciter beaucoup d’adhésions si elle pouvait bénéficier d’autant de soutien de la part des bailleurs et des partenaires ainsi que davantage de collaboration entre les services en charge du PFN (Caritas Rwanda et Service d’Action Familiale) et les responsables de l’Eglise Catholique au Rwanda au niveau paroissial.

 

Pour la période de décembre 2016 à novembre 2017, le Dr Prince Bosco Kanani a assuré que les resultants du projet Umuryango Uboneye vont tripler. Plusieurs actions sont notamment prévus:

 

- Les prestataires et les bénévoles communautaires continueront de fournir les services de PFN;

-  Organisation d’un atelier de développement d’un manuel de formation en PFN pour Caritas;

- Conduire un TOT pour FP dans le réseau Caritas pendant 5 jours;

-  Organisation d’un atelier pour le personnel des centres de santé sur la qualité et la collecte des données

-  Mener des visites de supervision conjointes avec le Ministère de la Santé;

- Supervision de soutien et mise en oeuvre d’un KIT pour les fournisseurs sur les diverses méthodes de PFN TDM, LAM, SDM, Billings et Bridge ET pour CV sur LAM et SDM;IMG 1344

-  Renforcer la collaboration avec les parties prenantes du MS et du PF (réunions du FPTWG, événements, présentations, etc.) à tous les niveaux;

-   Organiser des ateliers de sensibilisation avec des leaders religieux;

-   Développer et diffuser des spots radio;

-   Diffuser les résultats du projet au niveau national.

 

Au terme de ses travaux, l’atelier a entre autres retenu comme recommandations:

 

-          Insertion de la planification familiale naturelle dans la catéchèse;

-          Traduction en langue nationale (Kinyarwanda) des documents de l’Eglise relatives au PFN;

-          Installer les services de PFN dans des locaux bien en vue dans les centres de santé;

-          Doter le PFN d’une ligne budgétaire dans le budget des centres de santé;

-          Intensification de la médiatisation de la planification familiale naturelle;

-          Mettre en place une coordination entre les services de la Caritas et du SNAF.

 

Aloys MUNDERE

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Sur Twitter

Sur Facebook