Get Adobe Flash player

UN BREF APERÇU

La Caritas Rwanda a été créée en 1960. Contenu par les Évêques Catholiques du Rwanda. Elle a été officiellement reconnue comme une organisation sans but lucratif par l’arrêté ministériel n° 499/08 en 1962, et est devenue une Organisation non gouvernementale conformément à la loi no 06/2012 du 17/02/2012 déterminant la gestion et la gouvernance des institutions basées sur les religions au Rwanda. Depuis 1965, Caritas Rwanda a été intégrée dans une organisation étendue, Caritas Internationalis, qui est une confédération internationale de toutes les Caritas du monde.  Actuellement, la Caritas Rwanda œuvre dans tout le pays à travers les Caritas diocésaines, Caritas paroissiales, Caritas des Centrales et les Caritas des Communautés Ecclésiales de Base.

Mission de la Caritas Rwanda

La Caritas Rwanda vise à créer une communauté de personnes qui respectent la dignité humaine dans laquelle chaque être humain a été créé, la dignité privée par la discrimination, l'extrême pauvreté, les maladies et l'injustice. La Caritas aide les personnes vulnérables à travers ses œuvres socio-caritatives, les initiatives dans les domaines de santé et de développement. Toutes ces activités sont basées sur la charité.

Valeurs de la Caritas Rwanda  

Dignité des êtres humains;

Solidarité

Service

Subsidiarité et partenariat

Compassion

Espérance

Egalité

Intendance

Objectifs-clés de la Caritas Rwanda

Fournir un soin particulier aux personnes vulnérables sans distinction aucune;

Construire un être humain bien complet ;

Soutenir les contributions des bénéficiaires ;

Promouvoir le partenariat;

Assurer un bon service;

Développer les activités durables.

A BRIEF OVERVIEW

Rwanda was established in 1960 by Catholic Bishops of Rwanda. It was officially recognized as a non-profit organization by the ministerial order nr 499/08 in 1962, and became a non-governmental organization according to the law no 06/2012 of 17/02/2012 governing the management and governance of religion-based institutions in Rwanda. Since 1965, Caritas Rwanda was integrated in an extended Caritas Organization known as, Caritas Internationalis, which is an international confederation of all Caritas organizations in the world. At the moment Caritas Rwanda is operating countrywide through Diocesan Caritas, Parish Caritas, sub-parish and Small Christian Communities’ Caritas.

Caritas Rwanda’s Vision and Mission

The Vision of Caritas Rwanda is to achieve a society that provides human dignity in which every human being was created; the dignity deprived by discrimination, extreme poverty, sickness and injustice. Caritas assist the vulnerable through its socio-welfare activities, health and development initiatives. All these activities are based on Charity.

Caritas Rwanda’s values:  

Human Dignity

Solidarity

Service

Subsidiarity and partnership

Compassion

Hope

Equity

Stewardship

Caritas Rwanda Key objectives

To provide a particular  care to the vulnerable without any discrimination;

To achieve an integral human being ;

To support beneficiaries ‘contribution ;

To promote partnership;

To ensure quality service;

To promote sustainable activities.

 

 

Partenaires

Video

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 1

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 2

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 3

 


Warning: getimagesize(/home/clients/ca1e0dea808a45d3c8b27112e0e776be/web/images/Distribution_à_Mahama_b.jpg): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/ca1e0dea808a45d3c8b27112e0e776be/web/plugins/content/social2s/social2s.php on line 1647

Caritas Rwanda: une année supplémentaire d'assistance aux réfugiés burundais

Distribution à Mahama bAu début du mois de mai 2016,  la Caritas Rwanda a inauguré sa troisième phase de son assistance aux réfugiés burundais. Cette phase qui durera 12 mois, a fait l’objet d’un 3ème appel d’urgence de Caritas Internationalis (EA 11/2016) aux Caritas sœurs pour un montant de 757 739 Euro. Pendant cette période, la Caritas Rwanda poursuivra l’assistance aux catégories de réfugiés vulnérables qu’elle assiste depuis le mois de juin 2015 lors des deux EA précédents, l’EA 12/2015 (juin-septembre 2015) et l’EA 25/2015 (octobre 2015-avril 2016), à savoir les femmes allaitantes, les handicapés physiques, les personnes âgées de 60 ans et plus, les malades chroniques et anémiés.


1.  Chiffres clés sur les populations touchées

Selon le HCR, au 20 juin 2016, le nombre des réfugiés burundais au Rwanda s’élevait à 78 592. Le gros contingent se trouvait dans le camp de Mahama avec 49 266 réfugiés, suivi de Kigali, la capitale du Rwanda, avec 25 304 réfugiés, la ville de Butare avec  3 094 réfugiés et enfin les quatre camps de transit (Bugesera, Nyanza, Nyagatare et Gatore) totalisant 928 réfugiés. A Mahama, à la date du 22 juin 2016, il était dénombré 24 985 hommes (50,6%) et 24 348 femmes (49,4 %), 8 677 enfants de 0 à 4 ans, soit 18 %, 9 738 enfants de 5 à 11 ans, soit 20 %, 6 756 jeunes de 12 à 17 ans, soit 14 %, 23 008 adultes de 18 à 59 ans, soit 47 %, et 1 154 personnes âgées de 60 ans et plus. Le HCR signale également, à cette même date, un chiffre de 1 526 enfants non accompagnés ou séparés de familles. Le tableau ci-dessous montre l’évolution des effectifs des réfugiés burundais au Rwanda depuis le mois de mai 2015  selon les statistiques du HCR:

 

Catégories

Mai 2015

Octobre 2015

Janvier 2016

Juin 2016

Femmes

 10 128

35 497 

36 022 

39 072 

Hommes

 9 586

34 275 

35 226 

39 027 

Total

19 714

69 772

71 248

78 099

Enfants de 0-4 ans

 3 651

11 474 

10 767 

11 905 

 

Sur ce tableau, on voit que le flux des réfugiés était fort entre mai et octobre 2015, mais, bien que ralenti, il n’a jamais depuis lors cessé. Les effectifs des hommes et des femmes sont presque les mêmes.

 

2. Situation humanitaire des réfugiés

 

En dehors de quelques problèmes dus aux conditions de vie propres aux réfugiés, notamment le fait d’être inactifs, angoissés par l’incertitude concernant leur avenir, l’insuffisance du bois de chauffage, le fait de dormir à même le sol et sans matelas qui aggrave la situation des malades et des personnes âgées, la situation humanitaire des réfugiés à Mahama s’est beaucoup améliorée depuis l’instauration de ce camp il y a une année. Les réfugiés jouissent d’un approvisionnement suffisant en eau potable, deux centres de santé sont opérationnels dans le camp mais avec un personnel insuffisant, un complexe scolaire de 112 salles de classe a été érigé dans la périphérie du camp et d’un service d’assainissement efficace.

Selon une responsable du centre de santé du camp, la Caritas Rwanda a, par son assistance nutritionnelle, notoirement contribué à la réduction du taux de malnutrition qui s’élevait à 10,3 % en mai 2015 et se situe aujourd’hui à 4,7 %. Pendant ce temps, le taux de natalité est quant à lui passé de 1,8 % en mai 2015 à 4,3 %, à cause, semble-t-il, de trois raisons : le fait que le planning familial n’est pas encore de mise dans le camp, le manque d’activités qui favorise la recrudescence des rapports sexuels, surtout chez les plus jeunes et le fait que la ration des vivres est proportionnelle à la taille du ménage.

Signalons enfin le problème de manque de sous-vêtements féminins qu’aucun ONG ne fournit et qui, pourtant, se pose avec beaucoup d’acuité pour les femmes et les jeunes filles. Contrairement aux autres catégories ordinaires d’habits, ces sous-vêtements ne sont pas collectés lors des collectes organisées dans les paroisses catholiques du Rwanda en faveur des réfugiés. Toute aide dans ce sens serait très appréciée.  

 

3. Sécurité / Situation politique

 

Depuis leur arrivée au Rwanda, la sécurité des réfugiés burundais dans le camp de Mahama et les camps de transit est assurée par le gouvernement rwandais en collaboration avec le HCR. Les réfugiés disposent pour leur part d’une administration pour le règlement des problèmes sociaux qui peuvent survenir au sein de la population réfugiée. Par ailleurs, le camp de Mahama est subdivisé en deux secteurs, Mahama I et Mahama II pour faciliter la sécurité et l’encadrement des réfugiés.

Camp de Mahama 2

 

Par ailleurs, la situation sécuritaire des réfugiés est symbolisée par la transformation progressive du camp en tentes en un camp en maisons durables où il fera sans doute mieux vivre, car elles sont couvertes de tôles ondulées et en murs en bois colmatés par la terre. On dirait que la situation des réfugiés burundais s’est véritablement inscrite dans la durée.

 

HangarPour sa part, la Caritas a également emboîté le pas et semble s’y être aussi installée durablement en y construisant un hangar en dur couvert de tôles, avec des murs en planches, un plafond et un pavement en ciment. (Ci-contre le hangar de la Caritas Rwanda à Mahama)

 

S‘agissant de la situation politique au Burundi, en dehors des tractations menées à Arusha/ Tanzanie entre le pouvoir et l’opposition sous l’égide des leaders de la Communauté Economique de l’Afrique Orientale (Eastern Economic Community) pour un dialogue inclusif, elle n’a guère positivement évoluée. Le climat sécuritaire intérieur marqué par la violence fait que les réfugiés continuent de fuir leur pays. Ce n’est que l’issue heureuse de ce dialogue et la fin de la violence au Burundi qui pourraient inciter les réfugiés à rentrer chez eux.

 

4. Réponse Caritas

 

La Caritas Rwanda intervient auprès des réfugiés burundais depuis les premiers jours de leur arrivée en avril 2015. Deux appels d’urgence ont été lancés en mai et septembre 2015 (EA 12/2015 et EA 25/2015) et sont aujourd’hui expirés. Nous sommes dans la 3ème phase (EA 11/2016) qui a commencé le 1er mai 2016 et prendra fin le 30 avril 2017.
Dans cette phase, en plus de l’assistance nutritionnelle des catégories traditionnelles de vulnérables qu’elle assiste, notamment les femmes allaitant les enfants de 7 à 24 mois, les personnes âgées, les personnes vivant avec un handicap, les malades anémiés hospitalisés et les malades chroniques, la Caritas Rwanda envisage apporter une innovation par les formations en édification de la paix et à la cohabitation pacifique, l’écoute active et le counselling, l’épargne et le crédit, l’élaboration et la gestion des petits projets générateurs de revenus et l’aménagement des petits jardins potagers.
La distribution de la farine Sosoma aux vulnérables réfugiés à Mahama passe par la maille de la vérification
Jeudi dernier 23 juin 2016, nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec quelques vulnérables réfugiés venus à la distribution mensuelle de la farine Sosoma de la Caritas Rwanda. Tous, sans exception, ont exprimé leur reconnaissance à la Caritas Rwanda qui a su faire un viaduc entre l’EA 25/2015 et l’EA 11/2016 sans opérer de rupture radicale et douloureuse.

 

BeatriceBéatrice Niyonsaba, 47 ans, mariée et mère de 6 enfants, et souffrant d’un asthme chronique depuis 20 ans. Aux prises avec des crises intempestives d’asthme le jour et la nuit, elle tient en permanence sa pompe de secours qui, ne lui sert que de palliatif, car elle ne trouve pas dans le camp des médicaments qu’elle prenait lorsqu’elle était encore chez elle à Bujumbura. «Je souffre beaucoup de ces conditions de vie, mais je remercie la Caritas qui me soulage un peu avec cette farine et les vivres frais qu’elle nous fournit ». Pour elle, rien ne peut la soulager convenablement que d’être retirée de ces conditions de vie atroces qu’elle subit.

 

ClemenceClémence Nijimbere, 43 ans, veuve, mère de 5 enfants et porteuse de VIH/ Sida. « La Caritas nous est d’une importance vitale, nous a-t-elle dit, si elle n’était pas là, je ne saurais survivre, car les médicaments que je prends exigent une alimentation qui permette de les supporter. Néanmoins, pour Clémence Nijimbere, la joie procure cette assistance salutaire de la Caritas est réduite par le manque du bois de chauffage, le manque d’habits pour elle-même et ses enfants et le fait de dormir au sol qui, affirme-t-elle, "lui brise les os et lui rend la vie très difficile dans ses conditions de malade chronique".


Leocadie Bukuru6Quant à Léocadie Bukuru, 90 ans, que nous avons trouvée avec une mine de profonde tristesse, nous a dit ceci : « Je ne survis que grâce à cette farine de la Caritas, mais on l’a diminuée de moitié ». Léocadie Bukuru se plaint aussi du fait qu’une personne aussi âgée soit obligée de dormir à même le sol dans une tente où alternent quotidiennement le froid et la chaleur intenses. (Sur l’image, Léocadie Bukuru avant et après avoir perçu sa ration mensuelle de farine Sosoma).

Notons que,  lors de la révision budgétaire de l’EA 25/2015 le 12 février 2016, la Caritas Rwanda avait envisagé la distribution de matelas aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Mais elle en a finalement été dissuadée par l’ONG American Refugee Committee, partenaire de Caritas Rwanda en matière de santé et de nutrition, qui craignait que cela ne contribue à handicaper son programme de planning familial !

 

5. Coordination


IMG 9095 bLa Caritas Rwanda participe régulièrement à toutes les formes de réunions de coordination organisées à différents niveaux (dans le camp de Mahama et au siège du HCR à Kigali) pour partager les informations sur l’évolution de la situation des réfugiés. Il s’agit notamment des réunions sectorielles, des réunions de coordination de tous les partenaires intervenant dans le camp et la réunion de coordination au niveau national organisée tous les jeudis par le HCR en collaboration avec le MIDIMAR, le ministère rwandais chargé de la Gestion des Catastrophes et des Affaires des Réfugiés. A la réunion de coordination du jeudi 23 juin 2016, qui a suivi la Journée mondiale du réfugié, une mention spéciale de remerciement a été prononcée à l’endroit de la Caritas Rwanda qui a beaucoup contribué à la réduction de la malnutrition dans le camp de Mahama.


6. Médias et communications

 

Plusieurs médias nationaux et internationaux se sont mobilisés et continuent de s’intéresser à cette situation des réfugiés burundais. Pour sa part, la Caritas Rwanda publie régulièrement les informations y relatives par le biais des SITREPs et sur son siteweb www.caritasrwanda.org.

 

7. Engagements annoncés et contributions

 

Pour l’EA 11/2016, la Caritas Rwanda avait calculé un budget de 757 739 Euro. A cette date, les Caritas sœurs ont répondu à cet appel de la manière suivante :

 

            Caritas

Engagements

Etat

CRS

50 000 USD

Promesse ferme

Trocaire

160 000 Euros

Promesse ferme

Caritas Belgique

40 000 Euros

Promesse ferme

Caritas Japon

10 000 USD

Déjà versés

Caritas Ecosse (SCIAF)

50 000 Pounds

Déjà versés

Caritas Italie

10 000 Euros

Déjà versés

Secours Catholique Caritas France

50 000 Euros

Promesse ferme


Ce qui représente un total de 377 000 euros, soit près de la moitié du budget de l’EA 11/2016.
La Caritas Rwanda est vivement reconnaissante aux Caritas sœurs qui n’ont cessé de l’appuyer dans cette assistance aux réfugiés burundais par leur contribution aux deux précédents EA de Caritas Internationalis (EA 12/2015 et EA 25/2015) et à celles ont déjà contribué à l’actuel EA 11/2016.  
Maintenant que la situation de ces réfugiés s’est inscrite dans la durée, la Caritas Rwanda continue d’espérer que celles qui ont déjà manifesté leurs promesses les honoreront sans tarder et que celles qui ne se sont pas encore manifestées le feront  bientôt, convaincue que celles-ci ne vont pas l’abandonner ou ne resteront pas à l’écart de cette intervention humanitaire.

 

8. Contacts clés

 

• Abbé Jean Marie Vianney TWAGIRAYEZU, Secrétaire Général
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.,
Tel: +250788307736 /+250728307736
• Abbé Emmanuel RUBAGUMYA, Secrétaire Général Adjoint
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
• Thérèse NDUWAMUNGU, Coordinatrice de l’EA 11/2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Aloys MUNDERE
Communicateur de Caritas Rwanda

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Sur Twitter

Sur Facebook