Aller au contenu principal
x

Caritas Rwanda : Améliorer la nutrition, c'est améliorer la vie

Ils apprennent à cultiver des patates douces à chair d'orange riches en vitamine A

Grâce au projet de partenariat Voice for Change (V4CP), Caritas Rwanda, en partenariat avec SNV, une organisation néerlandaise, plaide depuis 2017 pour que les familles vulnérables aient davantage accès à des aliments nutritifs et diversifiés afin d'éliminer la malnutrition.

Dans le district de Rutsiro, des fonctionnaires et des partenaires ont rejoint la voix de Caritas Rwanda pour aider les familles ayant des problèmes de malnutrition, améliorer leur vie en leur apprenant comment préparer des repas sains et aussi comment économiser de petites économies dans d'autres pour pouvoir prendre soin de leur vie.

Les parents ont intégré la consommation d'aliments nutritifs et variés
Les parents ont intégré la consommation d'aliments nutritifs et variés  

Amina Drocelle, une résidente du village de Nyamahuru à Sure Cell, dans le secteur de Mushubati du district de Rutsiro, dit qu'en 2015, elle ne pouvait manger qu'en cultivant pour les autres, ce qui n'était jamais suffisant pour sa famille.

La famille d'Amina ne mangeait qu'une fois par jour, faute de nourriture suffisante, de temps pour la préparer et de connaissances sur la façon de préparer une alimentation équilibrée, autant de causes de malnutrition chez elle. Amina et ses collègues du quartier ont déclaré que le problème de la malnutrition semblait être commun aux habitants de Mushubati et des environs, heureusement que Caritas Rwanda est intervenu.

« Nous avons appris comment augmenter la production agricole d'aliments nutritifs et comment améliorer la consommation, en épargnant et en prêtant de l'argent pour améliorer également les moyens de subsistance des familles ».

"Nous avons commencé à deux cents francs rwandais (200 Rwf) par semaine et maintenant nous avons atteint cinq cents francs rwandais (500 Rwf) par semaine. Nous avons été formés à la création d'un potager et à la préparation d'un régime alimentaire équilibré afin qu'aucun parent n'ait aujourd'hui d'enfants mal nourris". Amina dit

Les membres du groupe Amina affirment avoir obtenu plus de 2 420 000 francs rwandais en 2019, et les avoir partagés pendant les vacances de fin d'année pour des projets générateurs de revenus familiaux et des besoins de base.

Le projet "Voice for Change" (V4CP) est mis en œuvre par diverses autres organisations sœurs, dont Caritas Rwanda, qui plaide pour l'accès à des produits bio-fortifiés et pour une allocation budgétaire nationale appropriée afin d'améliorer la nutrition des familles pauvres. Le "développement de la petite enfance" (DPE) reste le principal moyen d'améliorer la nutrition, la santé et l'éducation des enfants de moins de 5 ans dans tout le pays et aide les parents à trouver le temps d'aller travailler.

Jyambere Laurien, coordinateur de Voce for Change à Caritas Rwanda, explique que le projet est venu plaider pour que les familles pauvres obtiennent suffisamment d'aliments nutritifs, pour améliorer la consommation et lutter contre la malnutrition.

"Ce qui est important pour nous, c'est que la communauté soit soutenue pour obtenir des patates douces à chair orange riches en vitamine A, des graines de haricots de fer bio-fortifiés et des légumes, pour augmenter la production et la consommation", a déclaré Jyambere.

Le responsable du développement de la petite enfance du district de Rutsiro, Abdul Madjid Bapfakurera, affirme que parmi les 25 partenaires qui les aident à lutter contre la malnutrition, Caritas-Rwanda joue un rôle clé.

"Ils nous aident à mobiliser des partenaires, à former les parents et à mettre en place des groupes pour apprendre à préparer une alimentation équilibrée, ainsi qu'à répondre aux besoins de base tels que les semences et le bétail", a déclaré M. Bapfakurera.

Les familles aidées produisent des légumes grâce à des potagers
Les familles aidées produisent des légumes grâce à des potagers

"Caritas nous a aidés à construire 58 789 potagers dans 85 332 foyers de tout le district de Rutsiro, et nous a également aidés à collecter des fonds pour nos consultations trimestrielles avec nos partenaires sur la lutte contre la malnutrition".

"Aujourd'hui, je ne vais pas vous dire dans quelle mesure les 45 % d'enfants menacés de malnutrition sont en déclin, mais il est clair que les efforts qu'ils déploient et le rapport que nous voyons jour après jour nous donnent de l'espoir", ajoute M. Bapfakurera.

Selon Caritas Rwanda, l'Institut américain de recherche sur la politique alimentaire internationale (IFPRI) fournit un soutien technique en matière de gestion des données afin d'assurer l'amélioration de la nutrition dans les domaines de mise en œuvre du V4CP : les districts de Ruhango, Nyaruguru, Nyamasheke, Rutsiro, Gicumbi et Ngoma.

Caritas Rwanda poursuit son plaidoyer en 2020, auprès des principaux décideurs à tous les niveaux, pour l'amélioration de la production et de la consommation d'aliments nutritifs et variés dans les familles vulnérables.

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Aucune balise HTML autorisée.