Aller au contenu principal
x

« Sa famille pensait qu'elle ne pourrait jamais se mettre débout »

Medical support to special cases

Sandrine Uwase, une jeune fille du district de Rwamagana dans le secteur de Gishari, est née avec un handicap mental et physique et ne pouvait ni marcher ni se lever, mais maintenant, avec l'aide de l'hôpital Gahini par le biais du projet Caritas Rwanda/USAID Gimbuka, il y a de l'espoir qu'elle puisse marcher dans un avenir proche.

Gimbuka est un projet financé par l'USAID et mis en œuvre par Caritas Rwanda dans onze districts entre 2012 et 2020. Ses principaux objectifs sont d'améliorer l'état nutritionnel des femmes enceintes et allaitantes et des enfants de moins de cinq ans, de renforcer le bien-être des orphelins et autres enfants vulnérables et de leurs familles, de donner aux adolescentes et jeunes femmes les moyens de prévenir les nouvelles infections au VIH/sida et la violence sexuelle fondée sur le genre grâce à l'initiative DREAMS.

Sandrine Uwase, une jeune fille de 12 ans, a été identifiée pour recevoir des services de DREAMS tels que la santé et les droits sexuels et reproductifs (SRHR) et le soutien à l'éducation. Mais comme elle ne pouvait pas se rendre aux séances en raison de son handicap, le programme a décidé de l’aider à obtenir d'abord des soins médicaux appropriés.

Batamuriza, la mère de Uwase Sandrine, dit qu'elle n'a jamais pensé que sa fille pourrait marcher ou se lever de toute sa vie.

La mère de Sandrine participe parfois à la thérapie de sa fille
La mère de Sandrine participe parfois à la thérapie de sa fille 

 "Elle est née comme ça et la vie est dure pour toute la famille, car elle ne peut rien faire toute seule, mais maintenant j'ai l'espoir qu'un jour mon enfant pourra jouer avec les autres, marcher ou aller à l'école même si elle a besoin d'une éducation spéciale" dit-elle

Uwase Sandrine est soignée à l'hôpital Gahini du district de Kayonza et il semble qu'il y ait un espoir que sa condition physique change pour le mieux. Après seulement deux semaines de thérapie physique avec deux séances par jour, elle peut s'asseoir et se lever, bien sûr avec du matériel de thérapie physique. Les infirmières sont confiantes dans son évolution.

Ce n'est pas seulement Sandrine Uwase qui a été aidée par Caritas Rwanda /USAID Gimbuka en termes de cas spéciaux, mais aussi 7 autres adolescents avec un handicap physique. Certains avaient besoin de prothèses de jambes, de béquilles et de thérapie physique.

Certains d'entre eux ont également un handicap mental et ont besoin d'une éducation spéciale. Comme Caritas Rwanda n'a pas accès à ces programmes, elle fera un plaidoyer auprès d'autres partenaires pour que ces jeunes puissent obtenir un soutien supplémentaire.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Aucune balise HTML autorisée.